• Chapitre V - 87

    Chapitre V - 87

    En le voyant approcher, sa mère lui fait un grand sourire.

    - Dylan, mon poussin ! Il se faisait tard, je m'inquiétais, tu sais ? 

    Chapitre V - 87

    - Maman, arrête de faire l'innocente ! C'est quoi, cette histoire de fiançailles ?! 

    Pénéloppe, imperturbable, répond en souriant:

    - C'est un alliance. Ta jolie fiancée ne te l'a pas expliqué ? Nicolas sera l'héritier Aubry, et toi, l'héritier Poirier. Ainsi unies, nos familles seront plus fortes que jamais. 

    Chapitre V - 87

    - Et ne fais pas cette tête, ajoute-t-elle avec malice. Je sais bien que cette nouvelle ne te déplaît pas. 

    - Ne dis pas n'importe quoi ! s'emporte Dylan, rouge de honte. Kamélia était hors d'elle ! Elle aime quelqu'un d'autre, et moi... je suis avec quelqu'un, tu sauras ! Ça se fait pas, de planifier ma vie sur un coup de tête ! J'ai que seize ans !

    - Elle est jolie, non ?

    Chapitre V - 87

    Dylan se retourne pour cacher son trouble grandissant. Elle le connaît trop bien. 

    - Annule nos fiançailles, reprend-t-il d'un ton tranchant. Et que je ne te reprenne plus jamais à...

    - Tu sais bien que je ne le ferai pas.

    - Maman !

    - C'est non. 

    Chapitre V - 87

    - Non ? répète-t-il. 

    - Grandis un peu, Dylan. 

    - Grandir, c'est d'accepter tes décisions comme un con ? marmonne-t-il avec colère. Non, parce que si c'est ça... 

    - Grandir, c'est d'arrêter de penser à toi comme si tu étais le centre du monde, mon poussin. Parce que tu sais, seul, sans la notoriété de notre famille, tu n'as aucune valeur.

    - Aucune valeur... ?

    - Tu penses vraiment que je vais te donner de l'argent ? Mon pauvre cœur, si c'est ce que tu penses, tu te trompes. Tu veux faire comme ta tante ? Eh bien vas-y, fais-le. Mais tu finiras comme elle. C'est à dire pauvre, pitoyable... et déshonoré. Parce que tu ne seras plus mon fils. 

    Chapitre V - 87

    Dylan se fige. 

    - Eh bien ? Rien à redire, mon poussin ? 

    La femme déguste sa victoire avec un sourire narquois. 

    « Chapitre V - 086Chapitre V - 088 »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 1er Novembre 2015 à 11:00

    GENRE.

    Et ça se dit mère.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :